LA DARONNE

Titre : LA DARONNE

Sous-titre: De l’écrit à l’écran

Durée: 1h46’

Nationalité: France

Réalisateur: Jean Paul Salomé

Casting: Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, Farida Ouchani, Liliane Rovère, Jade Nadja-Nguyen

Année de production: 2019

Distributeur :Le Pacte

 

 

critique

Quinqua blasée, fille et veuve d’escrocs notoires, maîtresse du chef de la brigade des stups où elle exerce au titre de traductrice d’écoutes téléphoniques, Patience la bien-nommée décide d’aider le fils de l’aide-soignante de sa propre mère, un jeune trafiquant dont elle récupère et commercialise la cargaison illicite. Berner autant les petits et gros dealers que son amoureux de flic naïf, s’accoquiner avec la mafia chinoise du 13ème arrondissement devient un jeu de dupes où se voile et dévoile une Isabelle Huppert joyeuse et libérée.

La daronne – Hannelore Cayre – Editions Métailié 2017 – Points.

UN SOUPCON D’AMOUR

Titre : UN SOUPCON D’AMOUR

Sous-titre: Histoires de passions

Durée: 1h32′

Nationalité: France

Réalisateur: Paul Vecchiali

Casting: Marianne Basler, Fabienne Babe, Jean Philippe Puiymartin, Astrid Adverbe

Année de production : 2020

Distributeur : Epicentre Films

 

 

critique

Comédiens de théâtre, de cinéma, chanteurs et danseurs de comédie musicales, acteurs de la vie en prise avec ses amours et ses drames se croisent de répétitions sur les planches en scènes de la vie où le présent fuit le passé.

D’Andromaque et son éternité, Paul Vecchiali le nonagénaire ranime l’immortalité d’une force créatrice infinie où passion rime avec vocation dans une liberté de ton hors normes traduites par l’esthétique des plans, la théâtralité décalée du jeu, la maîtrise d’un 30ème film…

ROCKS

Titre : ROCKS

Sous-titre: Regard sur les banlieues anglaises

Durée : 1h33’
Nationalité : Royaume-Uni

Réalisatrice: Sarah Gavron

Casting: Bukky Bakray, Kosar Ali, Ruby Stokes, D’angelou Osei Kissiedu

Année de production : 2019

Distributeur : Haut et Court

Récompenses : Festival Ciné-Junior /Val de Marne : Grand Prix.

 

 

critique :

Une mère de famille jamaïcaine vivant en banlieue londonienne avec ses deux enfants est encore partie laissant la jeune adolescente seule avec son petit frère. La complicité de ses copines, liée à son sens de la débrouille l’aident à échapper aux services sociaux, à se réfugier dans l’espoir. Les scénaristes ont rassemblé des histoires et de jeunes non-professionnelles pour participer à l’authenticité d’une solidarité naturelle unissant énergie et sensibilité, regard réaliste et social propre au meilleur cinéma britannique.

ADOLESCENTES

Titre : ADOLESCENTES

Documentaire/ Regards sur l’adolescence

Durée : 2h15′

Nationalité: France

Réalisateur: Sébastien Lifshitz

Année de production: 2019

Distributeur : AD VITAM

Récompenses : Festival de Locarno / Semaine de la critique : Prix Zonta.

 

critique :

Au long de 5 ans de tournage à raison de quelques jours de rencontres annuelles elles ont bien changé ces petites copines de collège aux racines et aspirations différentes. Elles rient, pleurent, crient, trépignent pour perdre l’innocence de leur enfance, s’affirmer contre l’autorité ou la fragilité maternelle, se heurter au déterminisme de l’éducation de brevet puis bac professionnel ou général, affiner leurs compétences, chercher leur voie et conquérir leur liberté, leur épanouissement dans la révolte de l’adolescence. Ces deux parcours entrecroisent leurs quotidiens égrenés au fil du temps, des événements familiaux, de leurs premiers émois sentimentaux et sexuels des événements terroristes, de leurs opinions politiques…jusqu’au seuil de l’âge adulte à franchir seules.

Ces demoiselles de Brive ainsi nommées par le réalisateur, filmées en un double jeu d’images et d’écoute se reflètent en miroir de leur mutation avec celle de la société actuelle autant qu’elles nous renvoient à notre propre passé, ce lien décuplant la force et la réussite de cet émouvant documentaire.

A MA PLACE

Titre : A MA PLACE

Documentaire/ Etudiante et militante

Durée : 1h04′

Nationalité: France

Réalisatrice: Jeanne Dressen

Année de production: 2020

Distributeur : La 25ème heure

 

 

critique :

En avril 2016 une jeune femme parmi bien d’autres s’exprime face à la foule réunie Place de la République, consciente que son engagement pour les idées du mouvement Nuit Debout, sa participation passionnée aux manifestations, commissions, AG… mettent en péril son accès à la section Sociologie de l’Ecole Normale Supérieure. Ce sont ces contradictions sociales, humaines et politiques que filme la documentariste au fil du portrait de cette étudiante dont les convictions s’affirment face aux choix de son avenir et aux réalités de la vie.

Ces images d’actualité militante alternent avec celles de moments familiaux et leur discours jalonne cette même route des Indignés de 2011 aux Gilets Jaunes de 2018.

POLICE

Titre : POLICE

Sous-titre: De l’écrit à l’écran

Durée: 1h38′

Nationalité: France

Réalisatrice: Anne Fontaine

Casting: Virginie Efira, Omar Sy, Grégory Gadebois, Peyman Moaadi

Année de production : 2019

Distributeur : StudioCanal

 

 

critique

Ils sont trois flics parisiens portant l’uniforme à se croiser de mission en opération quand la banalité de leurs interventions est brisée par la reconduction vers son pays d’un demandeur d’asile. Ils se connaissent et nous apprenons à les connaître cette mère de famille qui s’est laissé séduire et doit remédier seule à un écart de conduite avec son collègue et cet autre confrère mari intègre en difficulté conjugale, ensemble réunis dans l’habitacle d’un véhicule de police avec un étranger à la langue inconnue.

Un parcours chaotique conjuguant enfermement physique et cheminement mental, interrogations morales, transgression interdite et angoisse vitale, dilemme éclaté en triple positionnement reflet des attentes d’une société où s’affrontent respectabilité et individualité. L’alternance vie privée et professionnelle choisie par la réalisatrice libère par la force de ses images, l’échange des regards autant l’espace physique que mental, celui qui conduit à la violence envers soi ou les autres, distanciant son film de tout parti-pris ou jugement politiques.

La tension de Virginie Efira, le masque d’Omar Sy, la rigidité muette de Grégory Gadebois et les silences de Peyman Moaadi démultiplient le questionnement offert au spectateur pour donner au film son intensité et valeur cinématographiques.

Police – Hugo Boris – Editions Grasset- 2016.

EMA

Titre : EMA

Sous-titre: Histoire de famille en devenir

Nationalité : Chili

Réalisateur: Pablo Larrain

Casting: Mariana Di Girolamo, Gael Garcia Bernal, Paola Giannini, Santiago Cabrera, Cristian Suarez

Année de production: 2019

Distributeur : Potemkine Films

 

 

critique :

Un chorégraphe et une danseuse ont dû renoncer à la garde de l’enfant qu’ils avaient adopté et cet acte douloureux détruit à son tour l’amour qui les liait, c’est au fil d’un long parcours de remise en cause des schémas imposés par la société et de reconquête de soi-même entre désir, plaisirs et sentiments qu’Ema se reconstruira et bâtira un modèle familial hors normes où s’épanouir. Sur les pentes de Valparaiso entre terre et mer l’expression de cette libération jaillit des flammes, bondit d’un corps de ballet, surgit de caresses sexuelles dédoublées, explose en reproches, fuse en gestes éperdus dans une mise en scène liée à l’énergie perpétuelle de son personnage jusqu’au final d’un plan séquence fixe préfigurant l’équilibre à forger sur les cicatrices d’un pays aux contradictions culturelles, souvenirs de dictature et manipulations politiques coupables.

De Tony Manero, Santiago 73 …Jacky jusqu’à ce portrait de femme, Pablo Larrain continue de traquer la liberté.

POISSONSEXE

Titre : POISSONSEXE

Sous-titre: Farces et attrapes

Durée: 1h29’

Nationalité : France

Réalisateur: Olivier Babinet

Casting: Gustave Kervern, India Hair, Ellen Dorrit Petersen, Alexis Manenti

Année de production: 2019

Distributeur : REZOFILMS

 

Récompenses 2019 : Festival du film de Bordeaux/FIFIB : Prix Spécial du Jury.

 

 

 

critique :

Dans un monde où les poissons ont renoncé à toute sexualité un chercheur rêve de ranimer la sienne éteinte depuis une douloureuse rupture, sa rencontre avec une fille de pêcheurs sous les auspices d’une coquine salamandre rose pourrait illuminer ce conte fleur-bleue s’il émergeait des flots.

Un conte piscicole d’anticipation scientifique et d’immersion sentimentale.

LA JEUNE FILLE A L’ECHO

Titre : LA JEUNE FILLE A L’ECHO

Sous-titre: De l’écrit à l’écran

Durée: 1h06’

Nationalité : Lituanie

Réalisateur: Arunas Zebriunas

Casting: Lina Braknyte, Valériy Zubarev, Bronius Bakaustas

Année de production : 1964

Distributeur : Ed Distribution

Récompenses : Festival de Locarno 1965 /Prix du jury

 

critique :

Auprès de son grand-père pêcheur une fillette profite de ses vacances dans l’innocence et la liberté jusqu’à révéler le secret de ses jeux entre les rochers à un garçon de son âge. La grâce et l’intrépidité de la gamine face la virilité infantile de la petite bande adverse illuminent de leur force poétique le Noir et Blanc des images sans trahir la métaphore politique éventuelle de ce film lituanien adapté de la nouvelle Ekho de Yury Nagibin réalisé sous le régime soviétique mais heureusement redistribué aujourd’hui.

ANTIGONE

Titre : ANTIGONE

Sous-titre: Du mythe à l’écran

Durée : 1h49’
Nationalité : Canada

Réalisatrice: Sophie Desrape

Casting: Nahéma Ricci, Hakim Brahimi, Rawad El-Zein

Année de production : 2019

Distributeur : Les Alchimistes

 

Récompenses : Prix Ecrans canadiens : Meilleurs film, réalisateur et son.

 

critique :

Être migrant dans quelque banlieue que ce soit pose les mêmes problèmes d’adaptation et survie sociale, de discrimination et violence policières et une famille kabyle expatriée au Canada incarne cette question à travers deux frères petits délinquants et leur sœur parfaite lycéenne. Elle y croyait au modèle démocratique cette Antigone qui part en guerre contre l’injustice de la mort d’Etéocle et la menace d’expulsion de Polynice, en s’insurgeant en libératrice compensatoire. Le mythe de Sophocle s’inscrit alors dans le parcours d’exil politique réservé aux plus faibles et sa quête réparatrice impossible.

La réalisatrice québécoise s’en empare traversant le temps par le réalisme des moyens d’expression des réseaux sociaux et la théâtralité procédurale pour actualiser l’affaire locale Fredy Villanueva/2008 et mêler la mort, le sacrifice, la rébellion à la solidarité humaine portés par une jeune actrice tout aussi déterminée. 

Conception, Creation & Web Design : Adamaco, hebergement, creation de sites internetAdamaco Inc.