LE MAL N’EXISTE PAS

Titre: LE MAL N’EXISTE PAS

Sous-titre: La nature et les hommes

Durée: 1h46′

Nationalité: Japon

Réalisateur: Ryusuke Hamaguchi

Casting: Hitoshi Omoka, Ryo Nishikawa, Ayaka Shibutani, Ryûji Kosaka

Distribution : Diaphana Distribution

Année de production: 2023

Récompense : Mostra 2023 Grand Prix /Lion d’Argent.

Sélections : Festival de Rotterdam + Festival de Toronto

 

Critique:

Les cimes de pins rouges et mélèzes noirs, de leurs écorces rongées par les cerfs nous accompagnent au pied des sommets enneigés qu’un projet d’investissement touristique menace. La ruralité d’habitants paisibles, se partage-t-elle avec les désirs citadins de nature ou leurs mondes s’opposent-ils irrémédiablement ? Rendement économique, amont et aval d’un cours d’eau, chasse et faons brouillent les raisons existentielles de chacun, d’une fillette fugueuse et son père rêveur, de tokyoïtes indécis et investisseurs toxiques.

Une fable aux images somptueuses où la terre et le travail entremêlent sérénité et prise de conscience en un affrontement final onirique en écho à l’harmonie musicale d’Eiko Ishibashi.

ROSALIE

Titre: ROSALIE

Sous-titre: Histoire de cœurs

Durée: 1h55’

Nationalité: France

Réalisatrice: Stéphanie Di Giusto

Casting: Nadia Tereszkiewicz, Benoît Magimel, Benjamin Biolay, Guillaume Gouix

Distribution : Gaumont

Année de production: 2023

Sélection : Cannes 2023 /Un Certain Regard

 

Critique:

Mariée contre monnaie sonnante et trébuchante cette jeune fille à la pilosité débordante décide pour garder son mari horrifié mais endetté de négocier sa différence en l’exhibant derrière le comptoir de son bar. C’était le temps des cirques et des foires mais aussi celui des déboires face aux peurs et aigreurs de voyeurs inversant la monstruosité.

Nadia Tereszkiewicz illumine ce livre d’images rurales cruelles, Benoît Magimel l’attendrit et ensemble ils honorent le souvenir de Clémentine Delait qui sut transgresser son handicap avec force et succès pour devenir « la fée à barbe de Thaon-les-Vosges » en dépassant les genres par sa féminité triomphante.

PAR-DELA LES MONTAGNES

Titre: PAR-DELA LES MONTAGNES

Sous-titre: Road-movie magique

Durée: 1h38’

Nationalités: Tunisie/ France/ Belgique/ Italie/ Arabie Saoudite/ Qatar

Réalisateur: Mohamed Ben Attia

Casting: Majd Mastoura, Walid Bouchioua, Samer Bisharat, Helmi Dridi

Distribution : Kinovista

Année de production: 2023

Sélections 2023 : Mostra de Venise/section Orizzonti + Festival international du film de la Mer Rouge

Récompenses : FFAF Festival du Film Arabe Fameck : Prix de la presse + Festival du Film Africain de Louxor : Prix du Jury & Meilleure interprétation Madj Mastoura

 

Critique:

Une fable d’envols au-dessus des précipices de la société, ses contingences familiales, ses illusions d’égalité, ses principes conformistes, ses extrémismes et sa violence banalisée à dépasser pour retrouver ses valeurs et parvenir à les transmettre au fil d’un imprévisible voyage entre ciel et montagnes, espoirs familiaux, crimes ordinaires et innocence pervertie. Après « Hédi un vent de liberté et Mon cher enfant »  le cinéaste nous offre une transgression poétique d’un univers devenu absurde par l’abandon d’idéologie ou d’engagement critiques au profit de l’angoisse existentielle et ses compensations matérielles.

MADAME HOFFMAN

Titre: MADAME HOFFMAN

Documentaire / Etats de corps et d’âme.

Durée: 1h44′

Nationalité: France

Réalisateur: Sébastien Lifshitz

Distribution : Ad Vitam

Année de production: 2023

Sélections 2023 : Cinémed + Festival du Film Francophone d’Angoulême + Festival du Film Indépendant de Bordeaux.

 

Critique:

Sylvie Hoffman la santé et sa pratique, celle de tous les corps y compris le sien mis à mal par quarante années comme infirmière à l’Hôpital Nord de Marseille, en partage du quotidien des soins prodigués aux patients par une équipe médicale au fil de l’évolution thérapeutique, ses progrès et ses failles, ses contraintes administratives et financières, ses choix face à la maladie jusqu’à la mort. Copie non conforme de sa propre mère, également aide-soignante du même hôpital et survivante à 85 ans de quatre cancers, leurs choix divergent sur les traitements du même gène dont elles sont porteuses, mais leurs rires fusent avec une semblable énergie, celle qui offrira à sa retraite des jours heureux partagés avec son compagnon.

Fidèle à son style et son approche, c’est la société tout entière que le documentariste nous propose d’un portrait individuel à son environnement, toutes déterminations scientifiques, sociales, familiales additionnées pour s’ouvrir au monde et à sa richesse humaine.

YURT

Titre: YURT

Sous-titre: Questionnements adolescents

Durée: 1h56’

Nationalité: Turquie

Réalisateur: Nehir Tuna

Casting: Doga Karakas, Can Bartu Aslan, Ozan Celik, Tansu Biçer

Distribution : Dulac Distribution

Année de production: 2023

Sélections :Mostra de Venise : section Orizzonti  + FIF Festival de St Jean de Luz

Récompenses : Festival de Marrakech : Prix d’interprétation masculine: Doga Karakas.

Festival du 1er film Annonay : Grand Prix du Jury.

 

Critique:

1996 en Turquie, Ahmet élève externe de jour d’un lycée d’Etat et interne de nuit d’un établissement coranique se retrouve désorienté par une évolution politico-idéologique qui ne le concerne pas. L’affection d’une mère, l’admiration d’un père et sa rédemption, les prémices amoureuses et la complicité d’un autre pensionnaire dans un environnement de brimades soutiennent encore de pures illusions adolescentes qui à l’image de la nation se dégraderont dans l’affrontement entre laïcité nationaliste et radicalité religieuse au seul détriment de l’épanouissement humain.

Le jeu subtil du jeune héros illuminant le noir & blanc superbe des images habite cette quête intime dont les couleurs soudaines reflètent la violence extérieure, dédoublement symbolique du récit d’apprentissage, et de l’embrigadement de la jeunesse par la conquête islamiste du pays.

Un premier film à l’esthétisme et l’engagement liés pour porter le combat intime de la libération au travers du cinéma.

QUELQUES JOURS PAS PLUS

Titre: QUELQUES JOURS PAS PLUS

Sous-titre: De l’écrit à l’écran

Durée: 1h44’

Nationalité: France

Réalisatrice: Julie Navarro

Casting: Camille Cottin, Benjamin Biolay, Amrullah Safi, Makita Samba, Arthur Berthier

Distribution : Bac Films

Année de production: 2023

 

Critique:

Muté de la culture rock aux infos tous terrains avant éviction définitive un critique musical se voit contraint d’héberger un jeune réfugié afghan.  Plus attiré par l’avocate responsable de l’association Solidarité Exilés que par son action humanitaire, sa cohabitation forcée va l’ouvrir aux réalités épicées des injustices migratoires et lui rappeler des responsabilités paternelles négligées.

Le talent virtuose de la cinéaste co-scénariste précédemment assistante de réalisation, directrice de casting mais toujours compagne de l’auteur du roman original est d’avoir su additionner ses expériences et son vécu pour composer décors et scènes avec la même justesse que ses acteurs incarnant un discours libéré par leur humour de tout militantisme sans négliger sa légitimité, ses émotions voire le clin d’œil romantique.

Alors Benjamin Biolay scandant sa caricature enturbannée aux sons rock avec son authentique coloc nous renvoie avec Camille Cottin à l’actualité des expulsions de Clignancourt à Calais.

De l’influence du lancer de minibar sur rengagement humanitaire – Marc Salbert – Le Dilettante – 2015.

IL PLEUT DANS LA MAISON

Titre: IL PLEUT DANS LA MAISON

Sous-titre: Regards socio-familiaux

Durée: 1h22’

Nationalités: Belgique/France

Réalisatrice: Paloma Sernon-Daï

Casting: Makenzy & Purdey Lombet, Donovan Nizet

Distribution : Condor Distribution

Année de production: 2023

 

Récompenses 2023 : Festival Cannes/Semaine de la Critique/Prix French Touch du Jury

FIFF Namur : Bayard d’Or + Prix d’interprétation Purdey & Mackenzie Lombet

Festival Champs Elysées : Mention spéciale du Jury

 

Critique:

Il y pleut vraiment dans ce pavillon de banlieue rurale déserté par une mère alcoolique y oubliant ses ados entre spaghetti, riz, bières et cigarettes. Le temps d’un été agité, ils apprendront encore à grandir entre choix d’avenir et frustration délinquante que cette chronique sociale à la fois documentaire et fiction nous assène en toute banalité de misère et richesse humaine. Les images, décors et scènes d’une haine écorchée touristique ou d’assignation sociale immobilière participent de l’authenticité naturaliste créée par la réalisatrice, accentuée par la fratrie des acteurs, vers un néo-réalisme social complice d’un bonheur rêvé.

Après « Petit Samedi » Palaoma Semon-Daï poursuit son analyse de l’inégalité sociale en l’illuminant d’humanité.

AGRA

Titre: AGRA

Sous-titre: Regards sur l’Inde

Durée: 2h08′

Nationalités: Inde/France

Réalisateur: Kanu Behl

Casting: Mohit Agarwal, Priyanka Bose, Vibha Chhiber, Rahul Roy, Aanchal Goswami

Distribution : UFO Distribution

Année de production: 2023

Sélection : Festival de Cannes 2023/ Quinzaine des Cinéastes

 

Critique:

Agra ville surpeuplée du Taj Mahal, une étroite maison dispose d’un rez-de-chaussée abritant une mère et son enfant adulte mentalement fragile, d’un étage occupé par son mari et sa maîtresse et d’une terrasse à céder soit aux divagations de mariage du fils, ou à valoriser par le cabinet dentaire d’une cousine ou voire encore à rentabiliser par une troisième concubine. Les tabous d’une société ultra patriarcale se superposent aux réalités de la croissance urbaine, en scènes hyperréalistes de fantasmes sexuels débridés, de violence machiste banalisée, de droits bafoués, de corruption immobilière généralisée toutes fractures cumulées en violences quotidiennes qui transformeraient un taudis en mini tour luxueuse et les hallucinations frustrées du désir en libération sentimentale. Après « Titli, chronique indienne » le cinéaste aiguise son regard sur son pays déchiré entre traditions et modernité et oublieux des préceptes de Gandhi.

LE VIEIL HOMME ET L’ENFANT

Titre: LE VIEIL HOMME ET L’ENFANT

Sous-titre: Regards sur la société

Durée: 1h16’

Nationalités: Islande/ Slovaquie/France

Réalisatrice: Ninna Palmadottir

Casting: Prostur Léo Gunnarson, Hermann Samuelsson, Anna Gunndis Guomundsdottir

Distribution : Jour2fête

Année de production: 2023

Sélections : Festival de Toronto/section Discovery + Festival d’Arras + Chalon s/Saône

 

 

Critique:

Expulsé de ses terres un fermier quitte lac et chevaux contre logement dans une cité et petit rouquin solitaire, échange de taches de rousseur et barbe grise pour un partage de tendresse en double initiation de l’altérité.

La maîtrise de la mise en scène, de l’alternance des paysages, du jeu des acteurs accentue l’ironie du regard de la réalisatrice islandaise dénonçant une société oublieuse de ses valeurs humaines dans l’association pervertie autant de l’accueil d’un enfant négligé que de l’hospitalité de réfugiés afghans pour une vision finale à déterminer entre utopie et réalité.

BLACK FLIES

Titre: BLACK FLIES

Sous-titre: De l’écrit à l’écran

Durée: 2h

Nationalité: USA

Réalisateur: Jean Stéphane Sauvaire

Casting: Tye Sheridan, Sean Penn, Michael Pitt, Raquel Nave, Mike Tyson, Kali Reis

Distribution : Metropolitan FilmExport

Année de production: 2023

Sélection : Festival de Cannes 2023

 

Critique:

Une symphonie écarlate rythmant les ambulances, fugue mortelle traversant la noirceur des bas-fonds newyorkais, résonne des violences enchevêtrées aux souffrances humaines sauveteurs et victimes confondus. Les décors métalliques des ponts et tunnels rejoignent l’obscurité de scènes nocturnes accentuant une misère hurlante d’un désespoir commun, immersion visuelle et sonore des acteurs transmise sans filtre aux spectateurs des illusions à l’expiation voire la rédemption.

Jean Stéphane Sauvaire continue son propre parcours engagé depuis « Johnny Mag Dog » et « Une prière avant l’aube » entre véracité documentaire et humanité moralisatrice.

911 – Shannon Burke/ 2016/USA

Conception, Creation & Web Design : Adamaco, hebergement, creation de sites internetAdamaco Inc.